Le secteur de La Chaume

C’est un vaste territoire qui s’étend de la pointe Saint-Nicolas jusqu’à l’Aubraie, en longeant d’un côté la Route Bleue et la Paracou, et de l’autre le quai et la route des Salines. La Chaume est bordée par l’Océan, la forêt, les marais et le port.

?????????????????

Il y a 2 000 ans, La Chaume était une véritable île connue sous le nom d’île Vertime. Mais les sables déposés par les courants marins ont rattaché La Chaume au continent. Au Moyen-Âge, l’implantation du prieuré Saint-Nicolas et du château de La Chaume témoignent bien de l’importance du site dont le peuplement a été encouragé aux XIIème et XIIIème siècles par Guillaume d’Aquitaine et Savary de Mauléon. Ce dernier, Prince et seigneur de Talmont, décida l’implantation d’un village neuf à La Chaume et concéda deux foires annuelles, dont l’une, à la Saint-Nicolas, est parvenue jusqu’à nous sous le terme de « Foire aux Voleurs ».

Le prieuré Saint-Nicolas (ou fort Saint-Nicolas) est le plus vieux monument de la ville et la première église de La Chaume. Ce sont les religieux de Sainte-Croix de Talmont qui ont entrepris sa construction au XIe siècle. L’édification du château de La Chaume, ou Chateau-Gaultier, œuvre des Princes de Talmont, remonterait quant à elle probablement au XIIème siècle. La tour équipée d’un feu deviendra le premier phare de Vendée au XVIIIème siècle.

Chenal_TourArundel

Parmi les autres monuments et équipements importants du quartier, on peut indiquer l’actuelle église Saint-Nicolas (XVIIème siècle), les anciennes pêcheries en pierre de la Paracou,

conserverie de la Chaume

les phares des Barges et de l’Armandèche (classés Monuments historiques), le Sémaphore, la villa Chailley, la grande jetée Saint-Nicolas et son phare, le marché couvert, le stade des Peuples, le bassin Dombret, le camping des Dunes, le Port de plaisance, la zone sportive des Sauniers, le Centre de loisirs de l’Armandèche, le cinéma Palace, les écoles Paul-Émile Pajot, Lieutenant Anger et Saint-Nicolas, le foyer logement.

Le quartier est également doté d’une mairie annexe depuis 1897. Celle-ci est installée, depuis 1980, avec la salle des fêtes, à l’emplacement de l’ancien marché. La sous-préfecture fut transférée quant à elle du Passage au quai des Boucaniers en 1981.

C’est sous le règne du roi Louis XV que le « Berceau de la cité » est réuni aux Sables par arrêt du Conseil d’État en date du 7 août 1753. Autre symbole de la réunion des deux communautés, l’ancien pont construit au milieu du XIXe siècle était le point de passage principal pour se rendre aux Sables par la Cabaude. Sa destruction en 1978 pour permettre l’ouverture de Port Olona avait alors suscité un vif émoi au sein de la population. La liaison est désormais assurée par la rocade, le bus et le passeur.

?????????????????????

La Chaume, connue pour être le quartier des gens de mer et des maraîchers, était aussi celui des ouvrières d’usines puisque l’on y a compté jusqu’à 13 conserveries avant la Seconde Guerre mondiale. La dernière, l’usine Maingourd, a fermé définitivement ses portes en 1981 et laissé la place au foyer logement « Les Fleurs Salines ».

La Chaume était autrefois un quartier articulé autour du quai et de trois grandes rues principales. L’habitation caractéristique était la petite maison basse de pêcheurs, avec quelques maisons d’armateurs (Maison Servanteau) et de belles villas (Chailley, Sainte-Anne). L’urbanisation s’est faite à travers les dunes et les conches à partir des années 1950, pour atteindre la corniche du Nouch, la côte sauvage et les Agaures. Le quartier a bénéficié d’une opération programmée d’amélioration de l’habitat en 1986. La Chaume ne tourne pas pour autant le dos à son passé comme en témoigne avec humour la fresque en trompe-l’oeil réalisée par Manfred Landreau place Sainte-Anne en 1997.

La Paracou, située sur la côte sauvage en direction de l’Aubraie est la plage attitrée des familles chaumoises. Le bassin Dombret, sur la Corniche du Nouch, est également très prisé des habitants du quartier.

L’Aubraie est la terre par excellence des maraîchers et des sauniers. Les premiers continuent d’approvisionner les étals de marchés de leur production savoureuse tandis que les seconds perpétuent les traditions ancestrales des salines et permettent de découvrir les beautés des marais des Olonnes

aubraie

Comme aimaient à le rappeler Jean Huguet et Gaby Anger, la Chaume est un peuple en fête. Autrefois, la Fête à Maraud, le carnaval chaumois et les spectacles Son et Lumière au prieuré étaient des moments clés des festivités du quartier. Aujourd’hui, de nombreuses associations animent inlassablement le berceau de la cité tout au long de l’année : Les Veillées Chaumoises, La Grande Bordée, Bien Vivre à La Chaume, Opé ! la Chaume, Les Amirolettes de la place Sainte-Anne, Les Amis de Jean Huguet, Chaum’Art, Coeur de Chaume, Protection de l’Identité culturelle et patrimoniale Chaumoise, Le Phare Boréal, La Cabaude, ASC, etc.

la fete des fleurs

De nombreuses personnalités célèbres sont originaires de La Chaume ou y ont vécu : le chroniqueur André Collinet, les sauveteurs Pierre Eliopole Crouzillat et Anselme Maraud, les peintres Paul-Émile Pajot et Jules Lefranc, le poète Christophe Colombe, l’actrice Florelle, l’écrivain Jean Huguet, l’artiste Hippolyte Massé… et… Alban Dmerlu…

Anton Lavigne – Responsable du service Archives Municipales & Documentation

« Sources : Archives municipales des Sables-d’Olonne »